SE LIBERER D'UN SERIAL KILLER

En France, un paquet de cigarettes coute 6 € 80 en moyenne. A raison d’un paquet par jour pour plus de 25% des fumeurs, et un tous les deux jours pour 30% d’entre eux, on peut estimer entre 150€ et 250 € le budget mensuel moyen ” tabac ” d’une personne qui fume.

Notre volonté avec la méthode que nous offrons pour arrêter de fumer  avec l’hypnose, la cohérence cardiaque, L'EFT &  la PNL est de vous aider à vous offrir X ans de vie supplémentaire, de vous permettre de faire 36500 euros d’économies et d’avoir une vie meilleure.Calculés sur une période de 20 à 30 ans

Comparatif des méthodes pour arrêter de fumer

Methodes

Taux de Reussite

Chewing-gums

10%

Patchs

9%

Champix

34%

Zyban

23%

Acupuncture

17%

Thérapie TCC

27%

Arrêter de fumer avec l’hypnose

50%

 


 

Réfléchissez à votre objectif aujourd’hui, celui qui vous pousse à lire ce site.

Est-ce : « arrêter de fumer » ?

Réfléchissez encore car « arrêter de fumer », vous savez le faire.

À moins que vous n’enchaîniez les cigarettes sans pauses, vous arrêtez déjà de fumer de nombreuses fois par jour. Vous arrêtez tous les soirs et recommencez le lendemain matin. Vous y arrivez et vous en avez l’expérience. Vous savez beaucoup mieux que moi comment arrêter de fumer, je n’ai rien à vous apprendre.


Arrêter de fumer n’est pas un objectif d’apprentissage. Je ne joue ni sur les mots ni sur les intentions. Un objectif est une pensée projetée dans l’avenir et elle s’exprime par des mots. Si les mots de votre objectif ne sont pas clairs, le résultat de la reprogrammation ne le sera pas.


Ce n’est pas difficile d’arrêter de fumer, des objectifs plus plausibles seraient : « ne pas fumer », « ne pas refumer », ou « ne plus fumer ».


J’aimerais que vous me lisiez très attentivement. Les lignes qui suivent sont importantes pour comprendre le principe de base et les mots qui vont soutenir votre reprogrammation.


Un mot est un code. Une reprogrammation est une succession de mots et de codes. Vous allez modifier une partie de votre cerveau inconscient ; les mots employés sont importants.

Fumer est un geste, une action, c’est FAIRE, c’est un comportement. Cette action se traduit par un verbe.

Fumeur, non-fumeur, ex-fumeur, ce sont des états, c’est ÊTRE. Ils se traduisent par un nom.


Un programme et une reprogrammation ne peuvent concerner que des actions.


Ce sont des processus et des enchaînements de verbes qui doivent aboutir à un nouvel état avec un nouveau nom. Il faut faire pour être. Pour atteindre un état, quel qu’il soit, il faut modifier l’action qui y conduit.


Prenons un exemple simplissime : je suis assis, c’est un état. Je voudrais être debout, dans un autre état, je dois donc faire quelque chose : me lever. Je me lève, c’est une action.


Le programme qui m’a fait passer de l’état assis à debout est un verbe : je me lève. Le programme cesse lorsque le nouvel état est atteint.


Arrêter de fumer est une action, elle est définie par un verbe. Cette action est accomplie lorsque vous tirez la dernière bouffée d’une cigarette unique, que vous l’éteignez et que vous la jetez. Vous n’avez pas besoin de refaire l’apprentissage de cette programmation, vous avez l’expérience d’autant d’arrêts à votre actif que de cigarettes que vous avez allumées jusqu’à ce moment.


Arrêter de fumer ne sera pas l’objetif parce que vous savez le faire sans aucun problème.


Ne plus fumer, ce n’est pas simplement arrêter de fumer, c’est tout un processus. C’est le passage d’un état à un autre. De fumeur (état), je veux devenir non-fumeur (état). C’est une suite d’opérations qui se succèdent dans le temps avec un ordre précis qui vont le permettre. Il y a une préparation, un début, une suite de programmes plus ou moins longs ou complexes et une fin. Cette fin, c’est de devenir un non-fumeur et de ne pas avoir à recommencer le processus.


La solution qu'attendent tous ceux qui veulent arrêter de fumer : aussi efficace avec les "grands" fumeurs qu'avec les "petits".

Ne plus fumer avec cette technique ne provoque aucune angoisse par manque de cigarette, ne requiert aucune volonté particulière, elle n'a rien d'un traitement de choc, n'entraîne aucun gain de poids, et elle est définitive.

Avec l’hypnose ne fumerez plus, sans souffrance, sans sentiment de privation, en ayant l’impression de n’avoir fait aucun sacrifice. En arrêtant de fumer avec cette technique vous serez soulagé et ressentirez la joie d’avoir finalement atteint ce que tous les fumeurs espèrent, d’être  heureux débarrassé du tabac pour toujours.

Quand les fumeurs essaient d’arrêter de fumer avec d’autres méthodes, ils connaissent parfois  la souffrance voire  la déprime  causées par le sentiment d’être privé du plaisir et de leurs béquilles. L’avantage et l’efficacité de "ne plus fumer"  avec l’hypnose ou la PNL, et la façon particulière dont nous l’utilisons consiste à éliminer le sentiment de privation, et de permettre la perte des dépendances physiques et psychologiques.

l’hypnose comme  la PNL pour ne plus fumer s’adresse à l’inconscient qui contrôle les habitudes. Chacun de vous a une manière particulière de construire son monde et les habitudes qui vous accompagnent. Notre méthode d’hypnose &  de PNL pour ne plus fumer neutralise  les objections qui s’opposent à votre volonté de devenir un non-fumeur. L’hypnose transforme en plaisir le fait de se libérer de la cigarette, l'EFT et la Cohérence cardiaqu  de sa gestuelle, permettant ainsi un sevrage rapide, sans effort, et sans stress.

ne plus fumer avec l’hypnose &  la PNL n’est pas seulement abandonner une habitude. C’est apprendre à gérer les émotions, et à modifier les comportements en surmontant facilement la dépendance à la nicotine et la dépendance psychologique.

L’hypnose donne accès à la partie inconsciente qui contrôle votre addiction à la cigarette, et en la reprogrammant vous arrêtez de fumer naturellement.

C’est en raison de notre taux élevé de succès que nous pouvons offrir cette garantie. Plus de 50% des fumeurs atteignent l'objectif qu'ils ont quand à leur intention de fumer avec l’hypnose mêlée à l'EFT et la PNL.


Pourquoi le terme Ne plus fumer. (extrait du livre de David O'Hare, ne plus fumer avec la cohérence cardiaque)



JE NE VEUX PLUS FUMER

V

ous ne le voulez plus mais vous ne le pouvez pas. L’autre titre aurait pu être Je veux ne plus fumer, pas tout à fait la même chose, toujours la volonté ou son absence, dans les deux cas ce livre est pour vous.

Une guerre civile s’est déclarée dans votre cerveau. Votre volonté de redevenir un non-fumeur dans un camp, l’incapacité d’y arriver dans l’autre. Deux forces qui vous dépassent. Vous avez introduit un virus dans l’informatique de vos circuits neuronaux lorsque vous avez fumé votre première cigarette. Vous auriez pu dire dès le début : « je ne veux pas fumer », mais vous ne saviez pas.

Nous savons tous qu’il ne faut pas ouvrir les courriels inconnus ou douteux mais les titres de messages alléchants ou intrigants font que nous tombons tous dans le panneau un jour ou l’autre, un virus prend alors le contrôle de votre ordinateur.

Nous savons tous qu’il ne faut pas toucher à la première cigarette…

La nicotine est un virus informatique, ce sont quelques lignes de code biologique et l’information traitée est détournée au profit de l’intrus malveillant. La nicotine tripote les codes informatiques que sont les neurotransmetteurs, des lignes de code neurochimiques qui devraient véhiculer les émotions : les messages circulant entre votre corps et votre cerveau, les informations de plaisir, d’alarme, de calme, de veille ou de récompense. Tous ces messages sont détournés à votre insu mais avec votre autorisation naïve préalable lorsque vous avez fumé cette première cigarette. Je pourrais même parier que celle-ci n’était pas si plaisante que ça, vous avez dû vous forcer à vous habituer à l’inhalation âpre et irritante. Ensuite, la nicotine s’est très rapidement chargée de vous faire croire qu’elle était agréable, puis stimulante, puis nécessaire, puis impérative, puis inextricable et un jour, peut-être, fatale.

Lorsque vous avez fumé votre première cigarette, vous avez signé un « échec en blanc », vous n’avez jamais imaginé le prix qui serait apposé sur le chèque.


ÊTRE OU NE PAS ÊTRE… FUMEUR


I

l n’y a pas de mot pour qualifier notre état face à la cigarette à la naissance. On naît et on est non-fumeur. Comment s’appelle un non-fumeur de naissance ? Il n’a pas de nom autre que son prénom et celui de sa famille. Cette virginité tabacologique mériterait bien une appellation.

Un nouveau-né ne sait pas lire, il naît non-lecteur, il est analphabète. L’école de la lecture le rend lecteur à vie. On pourrait dire alphabète, c’est moins classe. Personne ne peut désapprendre à lire6. Un lecteur le reste à vie, qu’il lise ou qu’il ne lise pas. Il ne peut pas passer devant une affiche, un journal écrit dans sa langue sans que son cerveau ne se mette automatiquement en marche en suivant le processus qu’il a mis en place par l’apprentissage de la lecture. La vue d’une lettre, d’un mot et le processus s’enclenche, les lettres et les mots sont des déclencheurs d’un processus programmé.

Physiologiquement et psychologiquement, je suis intimement persuadé que l’apprentissage de la « fumure » (on dit bien lecture pour un lecteur) ou de la « fumerie » si vous préférez (tueur et tuerie) est indélébile de la même façon.

Vous réagirez toujours à des déclencheurs. Des années après votre dernière cigarette, il y aura toujours des tentatives de lecture de signaux qui autrefois vous faisaient fumer, la programmation cherchera toujours à se réactiver. La virginité face au tabac a été emportée après les premières cigarettes.

Combien faut-il lire de mots pour devenir un lecteur sachant lire ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est qu’il faut environ cent cigarettes pour devenir un fumeur sachant fumer. Certainement beaucoup moins de cigarettes pour devenir fumeur que de mots pour devenir lecteur. Les principes de programmation mentale sont souvent irréversibles, la bicyclette en est un autre exemple. La conduite automobile, les apprentissages de votre profession, le calcul, toutes ces programmations sont des boucles mentales qui se mettent à tourner dès que vous êtes en présence d’un stimulus. Ces programmations ont simplement besoin d’une remise en situation pour s’activer. Les cercles peuvent être vertueux ou vicieux, ils tournent – en révolutionnant votre vie vers le haut ou vers le bas – mais ils tournent.

Vous ne pourrez pas désapprendre à fumer complètement mais vous pourrez ne plus fumer.

Vous ne redeviendrez probablement jamais un non-fumeur, vous serez un ex-fumeur, ça n’a pas trop de panache.

Vous gagnerez à devenir un fumeur qui ne fume plus, c’est plus glorieux. Imaginez votre fierté à pouvoir dire : « je ne fume plus », c’est au présent, c’est maintenant et l’avenir est ouvert. Imaginez-vous disant : « j’ai arrêté de fumer », c’est du passé, beaucoup moins de mérite. Imaginez-vous avec la phrase : « je suis non-fumeur », et après ? Quelle gloire ? Nous sommes tous nés ainsi.

Votre mission, si vous l’acceptez : être un fumeur qui ne fume plus. Voulez-vous ne plus fumer et être ce fumeur-là ?

Je veux être un fumeur qui ne fume plus !

C’est pour que vous puissiez prononcer fièrement cette phrase que j’ai écrit ce livre en toute illégitimité.



..



Les bénéfices de l'arrêt du tabac

  
L’arrêt du tabac, s’il suscite bien des difficultés, réserve souvent de bonnes surprises. Quelle que soit la quantité de tabac consommée et aussi longtemps qu'on ait fumé, il n'est jamais trop tard pour arrêter et les bénéfices de l’arrêt du tabac interviennent presque immédiatement :
   
20 minutes après la dernière cigarette
La pression sanguine et les pulsations du cœur redeviennent normales.
   
8 heures après la dernière cigarette
La quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié.
L’oxygénation des cellules redevient normale.
   
24 heures après la dernière cigarette
Le risque d’infarctus du myocarde diminue déjà.
Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine.
   
48 heures après la dernière cigarette
Le goût et l’odorat s’améliorent.
Les terminaisons nerveuses gustatives commencent à repousser.
   
72 heures après la dernière cigarette
Respirer devient plus facile.
Les bronches commencent à se relâcher et on se sent plus énergique.
    
2 semaines à 3 mois après la dernière cigarette
La toux et la fatigue diminuent. On récupère du souffle. On marche plus facilement.
   
1 à 9 mois après la dernière cigarette
Les cils bronchiques repoussent. On est de moins en moins essoufflé.
   
1 an après la dernière cigarette
Le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié.
Le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non-fumeur.
    
5 ans après la dernière cigarette
Le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié.
    
10 à 15 ans après la dernière cigarette
L’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.
   
Par ailleurs,l’arrêt permet de se libérer de la dépendance du tabac. Si la dépendance physique disparaît en moyenne en quelques semaines, la dépendance psychologique est plus lente à s’estomper. Plusieurs mois sont parfois nécessaires pour ne plus avoir de fortes envies de cigarettes.
Dans tous les cas, même plusieurs années après l’arrêt du tabac, fumer une cigarette expose à une reprise du tabagisme, car elle réveille le besoin physique et relance la dépendance comporte - mentale. Mais quel bonheur de pouvoir sortir, bouger, sans être obligé de vérifier si l’on a assez de cigarettes ou si le débit de tabac est encore ouvert ! »

 







Nous sommes tellement confiants dans notre méthode pour arrêter de fumer avec l’hypnose, et en raison de notre expérience et de notre succès, nous offrons une garantie. Cela veut dire simplement que si vous recommencez à fumer dans les douze mois suivants le protocole initial, nous vous invitons à revenir nous voir, jusqu’à trois fois sans aucun frais supplémentaires.